Devenir amapien

Devenir Amapien n’est pas un acte anodin !

Avant que vous ne sautiez le pas, nous vous recommandons d’y réfléchir et de lire avec attention ce qui suit. En effet, devenir « Amapien » c’est entrer dans une économie à la fois sociale et solidaire, qui a ses avantages et ses contraintes.

La base de ce concept repose sur un partenariat très étroit entre un producteur et les familles qu’il nourrit. Le contrat maraîcher est le contrat de base. Et, non seulement, on doit venir chercher son panier à lieu et heure fixes, mais on ne choisit pas non plus ses produits ! On fait avec les légumes de saison, d’une seule ferme… et on fait avec les intempéries ! Mais on est plutôt abonné aux bonnes surprises :  des produits sains, bio, de bonne qualité gustative et nutritive, de la diversité, des variétés rares car peu productrices mais tellement goûteuses… et de la convivialité !

Notre préoccupation doit être de savoir si les producteurs qui sont nos partenaires, arrivent à vivre dignement de leurs produits et à pérenniser leur exploitation fermière. Car notre intérêt est de les conserver près de chez nous, en les aidant, en les soutenant. Vous l’avez compris, adhérer à une AMAP, c’est prendre des responsabilités.

L’Amapien s’engage en effet à :

  • Être à jour de cotisation et à participer physiquement à l’assemblée générale ou de se faire représenter par un autre membre actif en cas d’indisponibilité pour voter aux assemblées générales qui prend toutes les décisions, règlement intérieur, élections du Conseil d’Administration (CA). (une par an minimum) ;
  • Approuver et signer la charte des AMAP.
  • Adhérer à l’objet des présents statuts, aux principes et aux engagements définis par le règlement intérieur annexé aux statuts et révisable lors de chaque assemblée générale ;
  • Participer à la vie de l’association selon le règlement intérieur, et dans un esprit de solidarité et de convivialité, ce qui exclut tout propos ou comportement qui nuirait à une bonne ambiance dans l’Association ;
  • Aller à la rencontre, échanger avec les autres amapiens et les membres sympathisants de l’association pour initier des pratiques solidaires ;
  • Participer à l’organisation et le succès d’au moins une manifestation publique de l’AMAP.
  • Payer sa part de récolte à l’avance et, donc, en assumer les risques éventuels,
  • Venir chercher son panier hebdomadaire ou envoyer quelqu’un à sa place à qui il a expliqué les principes et le fonctionnement, s’il sait devoir être absent faute de quoi le panier sera partagé entre les autres amapiens. En cas de prévision d’absence, le panier peut être proposé à un des adhérents intermittents. Les intermittents sont des adhérents en attente d’avoir accès à un panier dans l’association. Ils sont inscrits sur liste d’attente et sont contactés en priorité l’année suivante lors des renouvellements de contrats. La liste des intermittents est disponible sur le lieu de distribution ou par l’intermédiaire de la feuille de chou. Les personnes gèrent entre elles les échanges. Si aucun intermittent n’est disponible, le panier peut être proposé à un ami ou voisin en prenant le temps de bien lui expliquer le fonctionnement de l’AMAP et de la distribution. Mais de façon privilégiée, essayez de contacter un intermittent.
  • Respecter un engagement de 3 soirs dans l’année d’aide à la distribution où il s’implique physiquement pour aider aux distributions. Sur le lieu de distribution, un tableau mis à jour par les adhérents, indique les noms et le rôle des prochains participants à la distribution des produits. Chacun s’y inscrit librement sans perdre de vue l’obligation de participation au moins 3 fois dans l’année contractuelle.
  • Se souvenir que, sur le lieu de distribution, il n’est pas dans un supermarché et ne pas oublier que ceux qui assurent la distribution ou le fonctionnement de l’AMAP sont comme lui des amapiens bénévoles.
  • Échanger avec les autres AMAPIENS et les producteurs, leur faire part de ses bonnes remarques (bonnes ou moins bonnes, mais toujours respectueusement), partager son ressenti et participer à l’effort de convivialité qu’il souhaite trouver.
  • Prendre connaissance des informations qu’il reçoit par courriels et la feuille de chou, et répondre à certaines invitations pour des rendez-vous chez le producteur : visite de ferme, pique-nique…
  • Dans le cadre de la solidarité des actions d’urgence peuvent être organisées : problème divers à résoudre suites aux intempéries, destruction ou rénovation de bâtiments, invasion de mauvaises herbes…

De son côté, le producteur prend la responsabilité de :

  • Livrer des produits de bonne qualité gustative, écologiquement sains, répondant à la Charte des AMAP, selon un contrat avec le producteur partenaire de l’association qu’il signe au moins pour une année, selon le règlement intérieur (RI) en cours,
  • Livrer le jour et l’heure dits, et faire en sorte d’être ponctuel,
  • Prévenir les référents en cas de problème exceptionnel qui pourrait affecter la livraison,
  • Discuter, lors des distributions, avec tout Amapien qui souhaiterait obtenir des précisions sur les principes de culture (ou tout autre sujet),
  • Prendre en compte les observations et les besoins de ses partenaires,
  • Effectuer une évaluation en fin de saison.

Nouvelle Charte des AMAP (mars 2014)

CFTC @ Azelis |
vertmayombe |
Projet Mboja'o |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jp2011
| Sonsonete Flamenco
| FCPE-Groupe scolaire Jules ...